WhatsApp: comment 500 000 conversations privées se sont retrouvées sur Google ?

Plus de 500 000 conversations privées sur WhatsApp ont été indexées par les moteurs de recherche et sont accessibles en quelques clics depuis Google, Bing et Yahoo. Il est possible via une simple recherche d’accéder à des centaines de milliers de liens conduisant vers des groupes de discussion privées et donc vers des numéros de téléphone de millions d’utilisateurs WhatsApp à leur insu.

Les conversations WhatsApp ne sont pas aussi privées qu’on le croit. Best african economique news: les moteurs de recherche abritent en effet des liens qui mènent vers des milliers de chats de groupe. De par le fonctionnement de WhatsApp, ces conversations sont censées rester privées. Seulement, cette confidentialité est mise à mal par l’indexation des liens d’invitation par Google,Bing ou encore Yahoo pour ne citer qu’eux.

Résultat, il suffit d’une recherche ciblée pour découvrir des centaines de milliers de liens. Un simple clic permet à qui le veut de rejoindre ces groupes. Google renvoyait par exemple des liens d’invitation de plus de 470 000 groupes en fin de semaine dernière. Une recherche spécifique permettait d’accéder à un chat du parti Europe Écologie-Les Verts en Île-de-France et donc de récupérer les numéros de téléphone de plusieurs personnalités politiques.

Comment est-ce possible et à qui la faute ?

Google décline toute responsabilité. « Les moteurs de recherche comme Google indexent toutes les pages du Web ouvert. C’est ce qu’il se produit dans le cas évoqué. Ces pages sont traitées comme n’importe quel site ayant une adresse URL publique », explique un représentant de Google dans un Tweet. Il précise que des outils sont proposés aux sites pour empêcher l’indexation de leurs pages.

WhatsApp de son côté se défend également de toute faille comme on en découvre souvent et rejette la responsabilité sur les utilisateurs. « Les administrateurs de groupe WhatsApp peuvent générer un lien d’invitation pouvant être partagé pour permettre à n’importe quel utilisateur de rejoindre le groupe », a déclaré un porte-parole de l’application de messagerie. Comme tout contenu partagé sur des plateformes publiques, les liens d’invitation peuvent être indexés par les moteurs de recherche.

WhatsApp met donc en garde les administrateurs et les participants aux forums de discussion contre la promotion de leurs groupes sur des sites pouvant être référencés par les moteurs de recherche, les réseaux sociaux y compris. « Les liens que les utilisateurs souhaitent partager en privé avec des personnes qu’ils connaissent et en qui ils ont confiance ne doivent pas être publiés sur un site Web accessible au public » précise le parte-parole de l’application de messagerie.

À l’heure où ces lignes sont écrites, Bing renvoie encore près de 700 000 liens vers des conversations WhatsApp via la requête « site:chat.whatsapp.com ». Idem pour Yahoo. Google de son côté s’est montré réactif et a déjà déréférencé la totalité des liens WhatsApp indexés par son moteur.

Avec phonAndroid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *