Mali: dites aux maliens que l’indépendance ce n’est pas pour demain

Le président Ibrahim Boubacar Keita annonçait le 10 février l’existence d’un dialogue avec ce que la France, par le biais de ces médias nous vendent les Oussama Ben Laden d’Afrique. (Amadou Koufa le chef de la katiba Macina, et Iyad Ag Ghali, qui dirige le GSIM). Un supposé  conflit entre malien, une négociation entre malien, où est le problème d’un parisien ?

Comment la France se donne t’il le droit de réagir dans les affaires intérieures d’un État comme le Mali. À de milliers de kilomètres. Best african societe news update: de quoi je me mêle. Les terroristes  comme nous dit comme Iyad Ag Ghali ou encore Amadou Koufa qui se cachent derrière les prairies du désert on qu’elle puissance technique ou technologique pour résister à l’armée française.

Où celle-ci n’existe que dans la bouche. Sans aide elle n’a jamais gagner une guerre l’armée française mais qu’à même, ces deux hommes qu’elle liste sur leur liste noire n’ont pas de blindé comme et des missiles comme Téhéran.

Ils sont même aller faire un communiqué, où leur Quai d’Orsay estime en effet que les « initiatives » prises par le président malien le sont dans le cadre « des recommandations du dialogue national inclusif ». Et alors ! Ils n’ont le droit les maliens ?

Le Quai D’Orsay va plus loin en disant si vous malien vous négocier et que tomber d’accord pour déposé les armes, et bien pas nous la France. On va continuer le combat. Mais le combat pour qui et contre qui ?  La question légitime est «Qui Utilise Qui ?» dans cette guerre.

La France veut nous faire savoir que beaucoup de Français on perdu la vie par la faute de Iyad Ag Ghali, donc il va payé pour ça. Mais ce que les gens ne comprennent pas. Ce que la France ne tuerai jamais ce Ag Ghali à moins qu’elle le remplace par un autre plus fictif et méchant dans la tête de malien. Pour entretenir la guerre.

Il n’y a pas message plus claire que l’affirmation du ministère français des Affaires étrangères « l’action collective au Sahel est multidimensionnelle » .Vous comprenez ou pas ?  et il ajoute qu’ « au-delà de l’aspect sécuritaire, l’accent doit être mis sur les questions de stabilisation, de développement et de réconciliation ».

Deux poids deux mesures, l’un développement pour qui ? La France bien sûr. Le Mali participe comme toujours à l’effort et bravo à lui. Pour continuer à faire pression au gouvernement irresponsable et irrespectueux à son peuple.

Dans son communiqué, le Quai d’Orsay  prend bien soin de glisser ça pour préciser que la France combat « les groupes armés terroristes au Sahel à la demande des États de la région et notamment du Mali ». Qui cherche trouve disait Tony Robbins.

Cela sous-entend allez vous torché, si vous les sous préfets à Bamako vous négocié avec ces deux chefs jihadistes, vous n’avez pas respecté le principe de la centralisation du pouvoir ainsi le principe de l’hiérarchie. Donc, ce n’est pas notre cas à Paris.

Hors de question donc de négocier avec  ce que l’on appelle les montres qui tue sans arrière pensée. « On n’a jamais été associé à des tentatives de médiation », confiait une source élyséenne.

Ouvrez les yeux, cette affaire, c’est comme faire une lois pour légaliser la drogue,une fois qu’elle est légal elle sera accessible partout, et donc, le monopole n’existe pas. Elle sera abondante et par la suite plus de valeur. Le marché avec elle disparaît comme si elle n’a jamais existé.

Sans terroristes, pas d’armes, donc, pas d’armés français. Pas de business relative aux armes et aux trafic d’être humain. À partir de là, les possibilités en exponentielle que la France s’est donné pour exploité les ressources humaines et naturelles du pays disparaît en même temps avec le terrorisme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *