Guinée: la situation humanitaire inquiète Human Rights Watch

Le gouvernement barbare de Guinée Conakry fait mentir sans l’ombre d’aucune honte, l’organisation Human Rights Watch qui dénonce une répression sans égale des libertés de réunion et d’expression dans l’ensemble du pays. La guinée est l’un de seule au monde où c’est les citoyens qui obligent l’Etat à respecter sa constitution.

L’organisation humanitaire Human Rights Watch affirme dans son dernier rapport mondial sur les droits humains: qu’il y a une répression croissante des libertés de réunion et d’expression en 2019 en Guinée. Best african politique news: le mois de juillet dernier, l’Assemblée nationale guinéen, des clowns déguisés en député se sont permis dans la foulée d’adopté une loi sur l’usage de la force par la gendarmerie. Voilà la violence légalisé, un pas de plus envers l’impunité des forces de l’ordre, selon Jim Wormington, chercheur pour Human Rights Watch :

« L’impunité pour les actes commis par les forces de sécurité en Guinée, surtout pendant les manifestations, est prioritaire pour le gouvernement. Donc on n’a presque pas d’espoir, si l’on est manifestant blessé ou tué, qu’il y aura des enquêtes crédibles et que les forces de sécurité responsables soient punis. Il y a un seul cas d’un policier ou gendarme, qui a été condamné pour la mort d’un manifestant en avril 2019. Donc, on voit un contexte qui risque de continuer à paralyser le pays et à mettre en danger de plus en plus la vie des Guinéens ».

« Un enjeu très important à déterminer les violences »

Un homme comme Damantang Albert Camara, qu’on dit ministre guinéen de la Sécurité et de la Protection civile. Ce mec il est l’un de stratège du rpg arc-en-ciel sur tout les board, il peut protéger qui ? Ceux qui planifie la répression et cible leur proie. Alpha Condé l’a bien choisi je l’accorde. Au delà de ça, il se permet de s’étonner de certains éléments du rapport de l’ONG c’est écoeurant. Mais je l’accorde il est dans son bon droit. Ne disait il pas Henry David Thoreau «Tout homme isolé fort de son bon droit constitue une majorité à lui toute seule». Il affirme notamment que le droit de manifester est respecté en Guinée. Oh il s’en moque des droits le mec, c’est pas dans sa ligné les droits. Ils ne connaissent pas des droits. Soyons réalistes.

« Lorsqu’en début de rapport, Human Rights Watch dit que les manifestations sont systématiquement interdites, cela jette un doute sur le sérieux qui a été fait. Que certaines manifestations, dans certaines circonstances, aient été redirigées ou réaménagées, oui. Parfois interdites, oui. Mais le principe en Guinée, nous l’avons respecté – le droit de manifester -, et il y en a eu plus de 530 en moins de huit ans. Donc cela nous interpelle un peu. Pour le reste, nous sommes conscients qu’il y a un enjeu très important à déterminer les violences qui se déroulent pendant les manifestations, à rechercher les auteurs des crimes qui font aussi mal au gouvernement. (…) Cette volonté, nous la partageons, à condition que cela se passe dans la sérénité et qu’il n’y ait pas, des fois, des prises de position qui ne se justifient pas ».

De l’autre côté de l’atlantique l’ancien ministre de la défense et actuel ministre des affaires étrangères Français Jean-Yves le Drian inquiet.

Inquiet pourquoi ? La France a une fois pensé à la Guinée depuis 1958 si en tout c’est pour mettre des bâtons sur la roue des guinéens. Quand il y’a des anciens ministres français comme Bernard Kouchner sont au cheveux d’Alpha Condé. Les guinéen se rappelle encore en 2007 au sommet de France Afrique où a l’époque Amadou Toumani Touré président du Mali. Alors que les grèves faisaient rage en Guinée. La réponse été sans appel du président Jacques Chirac «La France n’a pas les moins d’aider la Guinée…» Alors que la mobilisation de l’opposition se poursuit contre la réforme de la constitution, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a donné mercredi à l’assemblée nationale son sentiment sur ce projet de réforme. Interrogé par la Commission des affaires étrangères, le chef de la diplomatie française n’a pas caché son inquiétude sur le processus en cours.

Nous sommes particulièrement soucieux de la situation en Guinée

Continuer à vous inquiétez M le ministère. De l’autre côté de Conakry la direction de la police dans une maudite circulaire indique avoir constaté le « comportement désobligeant » de certains de ses agents, à travers les réseaux sociaux. Le directeur général de la police nationale affirme qu’il met en place une commission d’enquête spéciale pour rechercher et identifier les auteurs. Voilà la comédie romantique de l’État instaurer par le nouveau Machiavel de la Guinée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *