France: Jean-Luc Mélenchon se prend pour qui pour cet excès sur l’Afrique

L’interview de Mélenchon sur Jeuneafrique est évocateur d’une France qui ne veut en aucun céder à l’Afrique sont indépendance. À quelques jours de la conférence sagement organisé pour muselé l’opinion publique mais surtout faire pression aux présidents de pays du sahel.

Bien tenté par Emmanuel Macron de faire venir des présidents sans programme politique sans aucun vision pour son pays. Best african politique news: et de leur faire des beaux discours à la française. Pour les remercier avec des accords opaques, les garantissant un pouvoir à vie. Et une sécurité sans faille pour leur têtes. Quoi de mieux pour des telles vieux pacotilles qu’on tournent comme bon nous semble.

Jean-Luc Mélenchon, qu’on surnomme leader de la France Insoumise, c’est bien pour la France. Et de l’autre côté l’Afrique soumise  M Mélenchon ?  À vous entendre brocarded la diplomatie tricolore en Afrique sa fait un peuple de plus de 100 millions de personnes en Afrique de l’ouest. Mais vous n’avez rien à foutre de celà.

Il le confesse volontiers : son mouvement est davantage identifié pour ses liens avec l’Amérique du Sud qu’avec l’Afrique. Pourtant, Jean-Luc Mélenchon garde un œil vigilant sur les dynamiques à l’œuvre sur le continent. En décembre, le député de gauche, féru des questions militaires, avait demandé à Jeune Afrique de lui faire parvenir le numéro dans lequel nous avions enquêté sur la montée du sentiment anti-français au nord et au sud du Sahel. Le jour même de la parution, treize soldats français de la force Barkhane périssaient au Mali dans le crash de deux hélicoptères.

L’ancien ministre délégué à l’Enseignement professionnel s’intéresse aussi de près aux soulèvements populaires actuels dans le monde arabe. « Nous sommes à l’ère du peuple », se félicite-t-il.

En octobre dernier, venue observer de près le « Hirak », le mouvement contestation en Algérie, l’une des députées de son groupe, Mathilde Panot, s’était fait expulser du pays. Sa visite a donné lieu à des accusations d’ingérence émanant de personnalités algériennes.

« On nous prête un pouvoir que nous n’avons absolument pas et je pense que la plupart des citoyens algériens le savent parfaitement : ces accusations d’ingérence sont un peu farfelues », dit Mélenchon, qui reconnaît qu’« en Afrique francophone, on marche parfois sur des œufs et on peut desservir ses amis en voulant bien faire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *