CEDEAO: Les réactions pleuvent après l’annonce de ADO et Macron sur la fin cfa

Pour le président français Emmanuel Macron et son assistant ivoirien Ouattara racle leur gorges en se disant avoir conclu un accord «historique» sur la soit disant disparition du franc des ces colonies en Afrique. Mais l’Afrique des années béni oui est dépassé. La jeunesse n’est plus comme des moutons de Panurge.

Dans toute l’Afrique, best african economique news: de l’ouest comme du centre, qu’ils soient économistes de formation ou politologues jeunes leaders d’opinion se font entendre à travers des milliers des réactions pas toujours agréable à l’égard d’une France qui vie comme des parasites sur le dos d’une jeunesse qui en a assez. Les grandes puissances doivent comprendre que «le monde est ouvert et connecté» pour citer le PDG de Facebook.

Le président du parti Lider en Côte d’ivoire Mamadou Coulibaly grand connaisseur des enjeux qui envahissent le vieux continent s’exprime en ces termes.

“Déclarer que le CFA est mort, c’est vraiment politique, alors qu’il s’agit d’une question sérieuse, financière, monétaire. Le CFA n’est pas mort, puisque ce matin, à Dakar, à Ouaga, à Lomé, les gens continuent d’utiliser le CFA et pourront l’utiliser encore pendant longtemps. vous vous souvenez que quand le franc français, le deutsche mark et autres sont passés à l’euro, il y a eu le traité de Maastricht, il y a eu la confection des billets, la mise en place de la Banque centrale, enfin tout un processus que l’on ne fait pas et on proclame simplement que le franc CFA est mort. C’est ce qui est décevant. On a l’impression que pour calmer les pressions des opérateurs économiques, des hommes d’affaires qui s’inquiètent des difficultés de la zone CFA, les chefs d’État se disent “bon on va leur balancer quelque chose, ils vont s’amuser avec et puis pendant ce temps on continue.” Personne n’est dupe.

Pour professeur Coulibaly, l’Eco tant rêvé par une ambitieuse génération africaine et mis dans les mouches. Un projet rêvé par des pères fondateurs qui est tronqué contre des intérêts malsains des personnes comme le président Ouattara.

Je pense qu’il faut être honnête et reconnaître que c’est une évolution positive, attendue depuis longtemps. Que va-t-il se passer ? Les Africains prennent un peu plus d’indépendance dans la gestion de leur économie. Mais ce qui est important dans cette opération, c’est que toute monnaie ne vaut que ce que vaut l’économie. C’est une question de confiance et de crédibilité. [Avec] la parité avec l’euro, la stabilité est maintenue, la possibilité de faire des prévisions est maintenue et ça c’est très bien pour les investisseurs qui viennent de l’extérieur. C’est très positif

Voilà des intellectuels à qui ont fil la légion d’honneur qui n’ont rien à dire et par contre ils saisis leur chance qu’à même. La jeunesse devrait se lever pour montré à des montres comme eux leurs places. C’est comme dire au voleur du repas des ces enfants, pourvu que vous ne volé pas tout. Vous faites un bon travail. C’est ce que Ablassé Ouedraogo, ex-ministre des Affaires étrangères, économiste et ancien directeur général adjoint de l’Organisation mondiale du commerce veut nous faire croire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *