Niger: des dizaines de soldats sont lâchement tués dans l’attaque d’une garnison à Inates

Après la formulation direct du président français Emmanuel Macron aux président du sahel pour légitimé l’armée française au dans cette zone. Nous voilà avec l’attaque est la plus meurtrière jamais enregistrée dans cette zone frontalière avec le Mali. Selon un bilan du ministère de la Défense nigérien au moins 71 militaires ont été tués dans l’attaque et un « nombre important d’assaillants neutralisés ».

Le système est enclenché, sa ne s’arrête plus. La pression de la part de Paris montre bien l’enjeu dans cette situation. Best african news monde update: les dommages collatéraux n’est pas important aux yeux des grandes puissances qui compte bien les morts en «méga mort». Surtout après que la Russie s’est invité au Mali en plus de l’avancer de la Turquie de Erdogan dans la région.

La France joue solo et veux être parrainé par ces préfets de la région pour assoir sa politique impérialiste. La perte du fca au profit de l’Eco qui placera la CEDEAO à la 20epuissances économique du monde. La France perdre ces bases militaires de plus est à la porte du déclin. Donc, il faut contre attaquer .

Le poste militaire d’Inates a été attaqué mardi 10 décembre, dans la soirée, par plusieurs colonnes de véhicules, dont des blindés et des motos. Inates se situe à 250 km de Niamey et les assaillants sont des jihadistes en provenance du nord du Mali. Et voilà que les services français et malien qualifiaient de fakenews les photo de moto distribuer aux groupes qu’on qualifie de terroristes.

 

L’armée a été attaquée sur trois côtés et les combats ont été d’une rare violence. En témoigne la mort, les armes à la main, du chef de la garnison et de son adjoint, au milieu de leurs hommes. L’arrivée de renforts militaires a permis de repousser les assaillants. Selon un communiqué du ministère nigérien de la Défense lu ce mercredi soir à la télévision, l’attaque a fait 71 morts chez les militaires nigériens, 12 blessés et des portés disparus. Le texte fait par ailleurs état d’un « nombre important de terroristes neutralisés ».

Les terroristes avaient visiblement soigneusement préparé leur opération. Dès les premiers coups de feu, ils ont détruit la poudrière et le centre de transmission, privant les soldats de l’accès à leurs munitions et de toute communication avec l’extérieur. C’est seulement 6h après les premiers tirs qu’un véhicule de liaison a réussi à rallier à 21h le poste militaire d’Ayorou, distant de 80 kilomètres, pour donner l’alerte.

Pas de revendication

C’est la seconde fois que ce poste est attaqué en l’espace de six mois. En juillet dernier, 18 soldats nigériens avaient trouvé la mort dans un assaut mené par les hommes d’Abou Walid al-Sahraoui.

L’attaque de ce 10 décembre n’a elle pas encore été revendiquée, mais au Niger, les regards se tournent, vue l’ampleur des moyens utilisés, vers le groupe d’Iyad Ag Ghali, le consortium d’Aqmi, Ansar Dine et al-Mourabitoun. Celui-ci pourrait aussi avoir eu le renfort des combattants d’Abou Walid al-Sahraoui, au vu du nombre de motos utilisées.

Inates occupe une position stratégique pour l’armée nigérienne. Ce poste est situé à moins de 5 km de la frontière malienne et non loin de la réserve de faune d’Ansongo, qui abrite de nombreux terroristes du nord du Mali. Cette localité se situe aussi non loin de deux bourgades maliennes qui servent de carrefour aux narcotrafiquants et aux terroristes, les villages d’Akabar et Tabankort. Et la présence militaire nigérienne gène ces trafiquants dans leurs acheminements vers la frontière algérienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *