Côte d’Ivoire : Ibrahim Kuibiert Koulibaly a un an à la tête de la CEI pour convaincre

Les élections sont source de conflits en Afrique de par leur mauvaise organisation,la manipulation caractérisé par les pressions et fraudes électorales. La malhonnêteté intellectuels et la mauvaise foi amène les uns et les autres à se rejeté la faute et d’accuser mutuellement d’être à l’origine de tension et des guerres qui en découlent.

 

L’homme est Élu à la fin de septembre à la tête de la commission électorale, best african news headlines Ivory Coast: Ibrahime Kuibiert-Coulibaly avance en terrain miné. Le temps d’un homme est court mais l’histoire de ces oeuvres  lui sera éternel. Chargé d’organiser la présidentielle d’octobre 2020, il essuie les critiques d’une opposition convaincue que les dés sont pipés, mais demande à être jugé sur ses actes.

C’est le grand oral d’Ibrahime Kuibiert-Coulibaly. Ce 14 novembre, à Grand-Bassam, le nouveau président de la Commission électorale indépendante (CEI) s’exprime pour la première fois devant la presse ivoirienne. L’attente est grande, les questions fusent.

« En 2020, pourriez-vous annoncer la victoire d’un candidat de l’opposition ? » « Pourriez-vous proclamer les résultats ailleurs qu’au siège de la CEI ? » « Vous sentez-vous capable de résister à la pression ? » Costume sombre, voix rocailleuse, le magistrat hors grade de 53 ans tente de répondre aux inquiétudes de l’assistance. « La CEI va organiser sereinement l’élection de 2020, rassure-t-il. On nous met la pression, mais nous allons organiser le scrutin dans les règles de l’art. »

À peine installé, déjà contesté

La présidentielle aura lieu en octobre prochain mais elle suscite déjà de nombreuses interrogations. Acteur central du processus, la CEI est au cœur des débats. À peine installé, déjà contesté, Ibrahime Kuibiert-Coulibaly marche sur des œufs.

Il est inscrit dans un cadre exceptionnel suite aux événements qu’à enregistré le pays à l’élection présidentielle de 2010. La stabilité ou l’instabilité du pays est entre ces mains.La situation est aggravé par le manque de confiance qu’on lui témoigne dans l’échiquier politique ivoirienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *