Gabon : L’UE se prend pour qui pour mettre en garde Ali Bongo

Libreville (Gabon) | CNC – Le Gabon risque d’aller dans la violence. En tout cas, c’est du moins le constat qui se profile à l’horizon. Evidemment, l’Union Européenne alerte le président Ali Bongo afin qu’il éclaircisse son peuple sur le cas réel de sa maladie.

La souveraineté européennes est il internationale ou supra nationale pour s’imposer au-delà des frontières de l’UE.Best african news monde update:l’afrique dans tout ça et muette cloisonné par un système corrompu qui n’a pas de nom.Les ingrats chefs d’Etat africain subi sur tout les plans.Et il n’osent sauf quelques un comme Nana Akufo Ado du Ghana.Qui a pu devant l’asemblée générale de l’ONU critiquer les méthodes de la communauté internationale et son système économique de domination.

Observer leur démarches et arguments.Le peuple africain et ses dirigeants doivent changer de mentalité et refuser de subir le dictat de l’occident.

-Aussi, l’UE invite le chef de l’Etat gabonais à ranger sa candidature afin d’éviter que son peuple ne plonge dans la violence.

En plus de mentionner de nombreux « déséquilibres » dans le déroulé du pays, l’UE dénonce la manipulation d’une certaine presse gabonaise qui refuse de traiter la bonne information. « Nous vivons dans une dictature brutale, violente, qui bafoue quotidiennement toutes les libertés fondamentales. Les intimidations, les arrestations arbitraires sont constantes » a soutenu le rival d’Ali Bongo. Il s’agit de l’opposant gabonais Jean Ping. Pour l’opposant gabonais, les jours d’Ali Bongo sont comptés au Gabon. « D’une manière ou d’une autre, il quittera le pouvoir » dit-il-

 « Je suis là et je serai toujours là »

« Vous ne pouvez pas savoir la joie que c’est pour moi de me retrouver parmi vous », a lancé Ali Bongo aux gabonais qui scandaient son nom. « Je rêvais de ce moment depuis pas mal de temps et c’est arrivé (…), il faut remercier Dieu et je tiens aussi à vous remercier tous pour le soutien que vous m’avez apporté, surtout dans les moments difficiles », tient-il à préciser. A en croire, le président Gabonais, il est bien là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *