Facebook et Microsoft luttent contre les “deepfakes”

 Pour lutter contre les deepfakes Facebook et Microsoft lancent un grand concours de développement pour construire des outils capables d’identifier les vidéos truquées dans l’espoir d’enrayer cette mode qui pose quelques questions éthiques.

Depuis l’apparition des deepfakes en 2017,best african economique news:l’industrie tech a regardé avec admiration, curiosité et angoisse cette nouvelle mode inonder le web. Cette technologie qui permet de facilement permuter des visages sur une vidéo est devenue très populaire, à tel point que récemment une application permettant de coller son visage sur ceux de stars de cinéma a fait les gros titres. Mais pour limiter les inévitables scandales que cette technologie va apporter, Facebook et Microsoft prennent les devants.

Les deux entreprises viennent de lancer le Deepfake Detection Challenge (DFDC), un concours ouvert à toutes et tous et qui a pour but de construire des logiciels capables de détecter les vidéos truquées. Pour ce faire, les deux géants de la tech se sont associés à des établissements de renom tels que le MIT, les universités d’Oxford, du Maryland ou encore UC Berkeley. Ensemble, ces organisations veulent encourager la création d’outils open source pour lutter contre ce que Facebook qualifie de problématiques en constante évolution, un peu comme le spam.

Les deepfakes […] posent des problèmes pour évaluer la légitimité des informations présentées en ligne, explique Facebook avant de préciser que le but du concours est de donner naissance à des technologies capables de détecter quand une IA a été employée pour modifier une vidéo dans le but de tromper une audience.

Un investissement de 10 millions de dollars

Et l’entreprise de Mark Zuckerberg va mettre des moyens dans cette nouvelle guerre qui s’annonce puisque 10 millions de dollars vont être engloutis dans cet effort. Et pour faciliter la vie des participants et participantes, des vidéos truquées ont été tournées tout spécialement pour l’occasion afin d’offrir une base d’analyse librement utilisable. Histoire de rassurer le public, Facebook a tout de même ajouté qu’aucune donnée privée ne sera utilisée dans le cadre de ce concours, une précision utile au moment où le réseau social vogue de scandale en scandale.

Le lancement officiel du concours aura lieu en décembre lors de la NeurIPS, une conférence sur l’intelligence artificielle et les neurosciences computationnelles et prendra fin en mars 2020. Facebook participera, mais n’acceptera pas de rétributions financières, précise le communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *