Côte d’Ivoire : Récit d’une enfance malheureuse de DJ Arafat fait par lui-même avant sa mort

Ange Didier Houon alias Arafat DJ n’a pas eu une enfance facile.Best african fashion archive:il a relaté certains pans de son enfance difficile : « Tous les jours mon papa me frappait parce que je touchais aux instruments de musique. Je n’ai jamais compris pourquoi il me frappait. Un jour, il m’a battu et j’ai décidé de partir je ne me sentais pas aimé. C’est ainsi que je me suis retrouvé dans la rue (…) Ma maman (Tina Glamour, ndlr)marchait avant avec John Pololo, elle était dans tous les mouvements de nouchi. Ils ont dit qu’elle était bordelle et que c’était une pute. Lorsque je partais à l’école, on disait voici l’enfant de la pute. J’ai donc décidé d’arrêter d’aller à l’école », a-t-il déclaré sur un air de mélodie.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : DJ Arafat est mort !

Poursuivant : « Je me suis concentré sur la musique et j’ai pris la vie de la rue. Dans la rue, je dormais sur les tables du marché. Un garçon doit avoir des rapports sexuels. Je sortais avec les filles de la Rue princesse. Je leur donnais 1000 francs souvent 500 francs ou 1500 francs. En ce moment j’avais 12 ans et je sortais avec les prostituées. En ce moment également, tous les Disc Jokers (DJ) refusaient que je sois avec eux j’ai galéré. C’est ainsi qu’un jour, j’étais dans un petit maquis en train d’enregistrer une cassette pour un vieux père qui m’a dit de le faire et qu’en retour il me donnerait 2000 FCFA ».

Aussi, le fils de Tina Glamour a-t-il ajouté : « Par la suite, ils sont venus me dire qu’il y a un nouveau maquis qui vient d’être ouvert à la Rue princesse et qu’ils ont besoin de moi au maquis le Shanghaï. Je n’avais même pas de chaussures. J’avais seulement mon débardeur Adidas avec ma culotte bleu. Je me rappelle comme si c’était hier. J’arrive dans le maquis on me voit en plaisantin. Ils ont demandé c’est quel bébé ça ? J’ai pris le micro… J’ai tué au Shanghaï ».

La Rencontre avec Laurent le binguiste et la composition de la chanson Jonathan

Ainsi, la rencontre avec Laurent le binguiste va être un tournant important dans la vie du « Yôrôbô » : « Par la suite, il y a un binguiste (parisien) que vous connaissez aujourd’hui il est devenu chanteur, il s’appelle Roland le binguiste. Il est venu me voir, il a écouté ma manière de chanter et a décidé de me faire rentrer en studio mais je ne savais quoi chanter. Entre temps, on m’a dit que mon meilleur ami Jonathan est décédé. Il devait partir sur Londres, à bingue (Paris) et il est décédé la veille de son voyage. Tellement que je l’aime quand je suis rentré en studio, c’est en ce moment que l’inspiration est venu et puis j’ai chanté Jonathan. Jonathan a commencé à marcher et j’ai commencé à avoir de l’argent mais je ne respectais pas l’argent », a-t-il fait savoir.

Selon DJ Arafat, il partait avec mes amis faire la fête du 1er au 31 décembre. et il ne savait pas que la musique pouvait chuter un jour? De ce fait, après des moments de disette, il n’était plus sollicité pour les spectacles. « Je n’avais plus d’argent. Mes amis m’ont quitté sauf Olo Kpatcha l’empereur, sauf Oscar le motard », a-t-i dit. Expliquant que c’est la raison pour laquelle il trouve normal que les gens disent qu’il est impoli. « Parce que quand je galérais il n’y avait personne pour me soutenir », a-t-il fait remarquer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *