FaceApp:s’explique sur ce qu’il fait de vos photos

C’est la dernière mode du moment sur la Toile : voir à quoi on pourrait ressembler lorsque l’on sera beaucoup plus FaceApp african fashion archive:développé par la société russe Wireless Lab, a pris d’assaut les réseaux sociaux pratiquement du jour au lendemain cette semaine avec le #AgeChallenge lancé sur Twitter. Les inquiétudes concernant la vie privée ont été aussi promptes à surgir concernant le fait que l’application télécharge les photos des utilisateurs sur ses serveurs.

Jane Wong, une spécialiste des applications mobiles bien connue sur Twitter, a tweeté mercredi qu’elle n’avait rien trouvé de trop «louche» quand elle a exploré le code de FaceApp, mais a souhaité qu’il y ait une option pour que les utilisateurs puissent supprimer leurs photos du serveur.

En réponse à ces préoccupations sur la confidentialité, Wireless Lab a fourni mercredi une déclaration indiquant que la «plupart» des images sont supprimées de leurs serveurs dans les deux jours suivant la date de téléchargement. «La plupart des images sont supprimées de nos serveurs dans les 48 heures suivant la date de téléchargement. Nous acceptons les demandes des utilisateurs pour retirer toutes leurs données de nos serveurs. Notre équipe de support est actuellement surchargée, mais ces demandes sont notre priorité.»

FaceApp est dans le collimateur aux États-Unis

L’éditeur de FaceApp explique que la plupart de ses traitements photo se font dans le cloud mais que l’application ne transfère pas les photos des téléphones qui n’ont pas été sélectionnées pour effectuer une modification. Wireless Lab précise que FaceApp pourrait stocker une photo dans le nuage pour la performance et le trafic et ajoute que toutes les fonctionnalités de FaceApp sont disponibles sans connexion et qu’aucune donnée n’est vendue ou partagée. «Même si l’équipe de RD de base est située en Russie, les données utilisateurs ne sont pas transférées vers la Russie» ajoute l’éditeur.

Ce n’est pas la première fois que FaceApp suscite des froncement de sourcils. L’application de retouche photo s’est retrouvée sous le feu des projecteurs en 2017 avec son filtre qui donnait aux gens des teint de peau clairs.

Le sénateur de l’État de New-York Chuck Schumer a demandé au FBI et à la Federal Trade Commission d’enquêter sur FaceApp en invoquant des préoccupations en matière de sécurité nationale et de protection de la vie privée. «Pour pouvoir se servir de l’application, les utilisateurs doivent fournir à l entreprise un accès complet et irrévocable à leurs photos et données personnelles»,écrit le sénateur Schumer, ajoutant que la politique de confidentialité de l’application lui donne le droit d’utiliser ou de publier tout contenu partagé, y compris les noms réels, sans en informer les gens. «J’ai de sérieuses réserves quant à la protection des données qui sont collectées et quant à savoir si les utilisateurs savent qui peut y avoir accès », poursuit-il. Il ajoute que l implantation de FaceApp en Russie «soulève des questions» sur la manière dont les données des citoyens américains sont utilisées, en particulier par rapport aux gouvernements étrangers.

Chuck Schumer estime que «La Russie reste une menace importante pour le contre-espionnage. J’insiste pour que le FBI prenne immédiatement des mesures pour atténuer le risque présenté par l’agrégation de ces données.»

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *