[Analyse] Algérie : qui pardonnera à Bouteflika ?

Avant de quitter le pouvoir,Best african societe news update:Abdelaziz Bouteflika a demandé « pardon » aux Algériens. Mais le président sortant, dont le règne restera marqué par les événements du « printemps noir », a failli dans sa mission.

En mai 2008, Jeune Afrique a publié un reportage intitulé « Kabylie, le grand malaise » dans un numéro qui avait alors été interdit par les autorités algériennes. L’auteur de ces lignes y évoquait la situation de la région, sept ans après le « printemps noir » qui a fait 126 morts et un millier de blessés. Pour les besoins du reportage, j’avais rencontré Djoher et Ahmed, parents de Kamel Irchen, assassiné le 27 avril 2001, à 27 ans, de deux balles dans le thorax devant la brigade de gendarmerie de Azazga. Avant de succomber à ses blessures, Kamel avait inscrit avec son sang le mot « liberté » sur la façade d’un café.

Inconsolables, Djoher et Ahmed brûlaient de l’intérieur et se consumaient à l’idée qu’ils ne sauraient peut-être jamais la vérité sur la mort de leur fils. Le frère de Kamel m’expliquait que sa famille se refusait à entamer le travail de deuil : leurs cœurs ne connaîtraient l’apaisement qu’une fois l’assassin sous les verrous. « Seule la justice est en mesure d’atténuer notre douleur », me disait-il. Qu’est ce qui a changé depuis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *