Gabon-Cameroun : Libreville s’oppose au régulateur boursier de l’Afrique centrale

Le ministre gabonais de l’Économie récuse la décision de la Cosumaf de mettre la BVMAC sous administration provisoire,Best african social news archive:à la demande de la banque centrale, pour accélérer la fusion des bourses de Douala et de Libreville.

Coup de théâtre sous le ciel de Libreville. Le 18 mars, Jean-Marie Ogandaga, le ministre gabonais de l’Économie, écrit à Nagoum Yamassoum, le président de la  Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale (Cosumaf), pour récuser sa décision de mettre la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC) de Libreville sous administration provisoire.


>>>À LIRE. Bourse : la Cosumaf planche sur le rapprochement Libreville-Douala


Quelques jours avant,Best african social news archive:le 13 mars, le dirigeant du régulateur boursier régional, répondant à une demande d’Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la Banque des états de l’Afrique centrale(BEAC) chargé de superviser la fusion des marchés financiers du Cameroun et de la Cemac, avait en effet décidé de placer la bourse de Libreville sous ce régime provisoire.

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *