", enable_page_level_ads: true, });

Présidentielle au Cameroun : Paul Biya donné vainqueur, l’opposition conteste

Bénin
Botswana
Burkina Faso
Burundi
Cap-Vert
Centrafrique

[contact-form-7 404 "Not Found"]

Comores
Djibouti
Égypte
Érythrée
Éthiopie
Gambie
Ghana
Guinée-Bissau
Guinée équatoriale
Kenya
Lesotho
Liberia
Libye
Madagascar
Malawi
Maurice
Mauritanie
Mozambique
Namibie
Niger
Nigeria
Ouganda
São Tomé-et-Príncipe
Seychelles
Sierra Leone
Somalie
Soudan
Soudan du Sud
Swaziland
Tanzanie
Tchad
Togo
Zambie
Zimbabwe

DOSSIER

Cet article est issu du dossier
«Présidentielle au Cameroun : huit candidats dans la course»
Voir tout le sommaire
ELECTIONS
Présidentielle au Cameroun : Paul Biya donné vainqueur, l’opposition conteste
15 octobre 2018 à 17h39
Par Franck Foute – à Yaoundé
Mis à jour le 15 octobre 2018 à 20h25

Avec 71,28 % des voix, Paul Biya arrive en tête du décompte effectué par la Commission nationale de recensement. Un chiffre rejeté par l’opposition, qui annonce des « débats houleux » lors de l’audience portant sur l’examen des recours post-électoraux, qui s’ouvre le 16 octobre devant le Conseil constitutionnel.

DANS CE DOSSIER

Présidentielle au Cameroun : huit candidats dans la course
Voir tout sommaire
Présidentielle au Cameroun : huit candidats dans la course

Cameroun : trois candidats demandent l’annulation du scrutin présidentiel
Présidentielle au Cameroun – Jean-Michel Nintcheu du SDF : « Je soutiens Maurice Kamto »
La victoire de Paul Biya à la présidentielle du 7 octobre dernier serait sans appel sur ses sept concurrents, selon les chiffres de la Commission nationale de recensement des votes. Ces derniers, issus du décompte des voix exprimées sur l’ensemble du territoire camerounais et dans la diaspora, donnent vainqueur le président sortant avec 71,28 % des voix, contre 14,23 % pour Maurice Kamto, candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et 6,28 % pour Cabral Libii, challenger de l’Union nationale pour l’intégration vers la solidarité (Univers).

Ce sont en tout cas les conclusions contenues dans le rapport transmis le 15 octobre par la Commission au Conseil constitutionnel, après trois jours d’examen de l’ensemble des procès-verbaux (PV) collectés à travers le pays. Une tache ardue pour Emile Essombe, le président de cette commission, et ses membres, notamment en raison de nombreuses « erreurs matérielles » retrouvées dans les PV. Des anomalies pour la plupart liées à de mauvais remplissages de PV, comme dans le bureau de vote de Biwong-Bulu où sur 171 votants, Paul Biya a obtenu 171 voix, et Cabral Libii une.

Akintunde Akinleye /REUTERS

Signature du rapport
« Nous avons noté ces erreurs dans des dizaines de bureaux de vote répartis principalement dans les départements de la Mvila, la Haute-Sanaga, le Nyong-et-Kéllé, ainsi que dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, explique à Jeune Afrique le professeur Alain Fogue, mandataire du MRC au sein de la Commission de recensement des votes. Nous avons suffisamment de preuves matérielles que nous présenterons au Conseil constitutionnel. »

Play Video
Play
Mute
Current Time 0:00
/
Duration Time 0:00
Loaded: 0%
Progress: 0%
Stream TypeLIVE
Remaining Time -0:00

Playback Rate
1
Chapters
Chapters
Subtitles
subtitles off
Captions
captions off
Fullscreen
Foreground
Background
Window
Font Size
Text Edge Style
Font Family
Defaults Done
>>> À LIRE – Présidentielle au Cameroun : comment Internet et les « fake news » se sont invités dans la bataille

Face à tout cela, le représentant du parti Univers, le professeur Prosper Nkou Mvondo, a refusé de signer le rapport final de la commission, trouvant « paradoxal » que des partis d’opposition se soient empressés de le faire « alors que ce sont les mêmes qui demandent l’annulation de l’élection. »

« La loi est pourtant claire, se défend le professeur Fogue. Si vous ne signez pas le rapport de la commission, vous n’en recevrez pas une copie. Dès lors, comment allez-vous vous défendre correctement devant le Conseil constitutionnel si vous n’avez pas toute la documentation nécessaire ? Cela ne veut pas dire que nous acceptons ces chiffres », explique celui dont le parti a introduit un recours pour une annulation partielle de l’élection.

Recours post-électoraux
Dans les états-majors des différents candidats, on s’accorde à dire que la réussite du processus électoral se jouera devant les 13 membres du Conseil constitutionnel, où s’ouvre le 16 octobre l’audience d’examen des recours post-électoraux. Face à Me Joseph Atangana, l’avocat d’Elecam (l’organe chargé des élections), le Social Democratic Front (SDF), le MRC et le parti Univers auront trois jours pour convaincre le président du Conseil, Clément Atangana et ses pairs, de trancher en leur faveur, avant la proclamation officielle des résultats attendue le 22 octobre.

Les choses ne s’annoncent pas pour autant aisées, en témoignent les propos tenus par le directeur général d’Elecam sur une radio locale samedi dernier. Selon Erik Essousse, en effet, lesdits recours « n’ont quasiment aucune chance d’aboutir », sa structure ayant organisé le scrutin « selon les règles de l’art ».

Un scepticisme que partage le politologue camerounais Mathias Eric Owona Nguini, qui estime qu’il y a « peu de doutes sur l’issue finale du scrutin, qui est favorable au président sortant Paul Biya ». Pour lui, « l’opposition devra réussir à apporter des preuves matérielles et documentaires assez solides pour étayer ses demandes d’annulation. Ce qui n’est pas donné. » Quant au crédit à accorder aux membres du Conseil constitutionnel, tous nommés par Paul Biya, « l’opposition connaissait les règles du jeu à l’avance », souligne Mathias Eric Owona Nguini, pour qui l’opposition doit s’y prêter.

À LIRE AUSSI

Présidentielle au Cameroun : comment Internet et les « fake news » se sont invités dans la bataille
Cameroun : trois candidats demandent l’annulation du scrutin présidentiel
LIRE LES AUTRES ARTICLES DU DOSSIER

Voir tout sommaire
«Présidentielle au Cameroun : huit candidats dans la course»

Cameroun : trois candidats demandent l’annulation du scrutin présidentiel
Présidentielle au Cameroun – Jean-Michel Nintcheu du SDF : « Je soutiens Maurice Kamto »
Présidentielle au Cameroun : l’Union africaine appelle à la « retenue »
Cameroun : Paul Biya, Maurice Kamto, Cabral Libii, trois hommes pour un fauteuil
Présidentielle au Cameroun : l’opposition dénonce des irrégularités
Présidentielle au Cameroun : en proclamant sa victoire, Kamto amorce le bras de fer avec Biya
Présidentielle au Cameroun : Maurice Kamto revendique sa victoire avant la proclamation des résultats
Présidentielle au Cameroun : meetings, affiches et ravalement de façade, comment Paul Biya a préparé sa victoire
Présidentielle au Cameroun : participation timide à Buea, en zone anglophone
Présidentielle au Cameroun : les électeurs ont commencé à voter sous haute surveillance en zone anglophone
Présidentielle au Cameroun : le vote impossible des déplacés de la crise anglophone
Cameroun : à la veille de la présidentielle, la peur règne à Buea en zone anglophone
Présidentielle au Cameroun : mise au point sur une fausse couverture de JA
Présidentielle au Cameroun : Akere Muna se désiste et forme une coalition avec Maurice Kamto
Présidentielle au Cameroun : une coalition entre Kamto et Muna toujours en discussion
[Tribune] Cameroun : la révolution d’octobre n’aura pas lieu
Présidentielle au Cameroun : ce qu’on ne vous a pas dit sur Maurice Kamto
Présidentielle au Cameroun : aux urnes (si possible) !
Présidentielle au Cameroun : ce qu’on ne vous a pas dit sur Joshua Osih
Franklin Afanwi Ndifor, ce candidat évangéliste qui veut « délivrer le Cameroun »
Présidentielle au Cameroun – Garga Haman Adji : « La crise anglophone n’est pas un problème insoluble »
Cameroun : Biya forever ?
Cameroun : qui sont les neuf candidats retenus pour la présidentielle ?
Présidentielle au Cameroun : la guerre des trois aura bien lieu
Présidentielle au Cameroun : le septentrion sera-t-il le juge de paix de l’élection ?
Présidentielle au Cameroun – Joshua Osih : « Il faut en finir avec l’hypercentralisation de l’État »
Présidentielle au Cameroun – Cabral Libii : « Paul Biya a l’argent mais il n’a pas le peuple »
Cameroun : une intervention militaire due à une « méprise » crée la panique dans un hôtel de Douala
Sept heures de grand raout pour Paul Biya dans le nord du Cameroun
Cameroun : les hommes (et la femme) de la campagne de Paul Biya
Cameroun : dernier bilan avant inventaire
Cameroun : Maurice Kamto peut-il battre Paul Biya ?
Crise anglophone au Cameroun : exode massif à l’approche de la présidentielle
Présidentielle au Cameroun : les opposants à la conquête du septentrion
Présidentielle au Cameroun : Cabral Libii, le trouble-fêtes
Cameroun : le gouvernement dément toute coupure d’internet pour la présidentielle
Présidentielle au Cameroun : « Nous allons délocaliser certains bureaux de vote en zone anglophone »
Présidentielle au Cameroun : tous en campagne à l’étranger !
Cameroun : pourquoi Christian Penda Ekoka tourne le dos à Paul Biya
Cameroun : Oswald Baboké en campagne pour Paul Biya
Crise anglophone au Cameroun : affrontements entre des séparatistes et l’armée à Buea
Cameroun-Nigeria : une occasion manquée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *