", enable_page_level_ads: true, });

Quand la Guinée s’éveillera la France verra

1958-2018. Soixante ans plus tard, le pays de Sékou Touré et d’Alpha Condé renoue enfin avec les espoirs de l’indépendance.

Que reste-t-il de la fierté qu’éprouvèrent les Guinéens, le 28 septembre 1958, après avoir défié le général de Gaulle en se prononçant à 95 % contre son projet de Communauté française ?Best african political news archive: Que reste-t-il de la Guinée d’Ahmed Sékou Touré, le premier président du pays, décédé aux États-Unis en 1984 après vingt-cinq années au pouvoir ?

inRead invented by TeadEn soixante ans, le pays a traversé bien des tourments, il a considérablement changé. Et le socialisme porté aujourd’hui par Alpha Condé n’a pas grand-chose à voir avec celui prôné au temps des indépendances par Ahmed Sékou Touré.

Best african political news archive:La rupture de 1984

La première rupture intervient en 1984, quand, au lendemain du décès de ce dernier, la République populaire révolutionnaire de Guinée (instituée en 1979) devient République de Guinée. Un an plus tard, Lansana Conté opte pour le libéralisme et met fin à l’économie étatisée instaurée en 1967. En janvier 1986, le franc guinéen est rétabli, et le syli, qui l’avait remplacé en 1972, tombe dans les oubliettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *