", enable_page_level_ads: true, });

THEODORO OBIANG NGUEMA INVITE LES DICTATEURS AFRICAINS À LIBERER LES PRISONNIERS POLITIQUES

« J’accorde l’amnistie totale à tous les citoyens condamnés par les tribunaux (…) pour des délits politiques dans l’exercice de leur activité» , a déclaré mercredi le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema dans un décret lu à la télévision. Une vraie révolution dans un pays où toute contestation est punie de prison.

Le décret signé du chef d’État équato-guinéen  stipule également que l’amnistie concerne toute personne « privée de liberté ou empêchée d’exercer son droit politique dans le pays ». Une mesure inimaginable  dans un pays ressemblant à une monarchie , dirigée d’une main de fer par le président Obiang et son clan depuis 1979.

Cette mesure était la condition de l’opposition pour la participation à un dialogue national que le chef d’État entend organiser dans moins de deux semaines. L’objectif de cette amnistie présidentielle est donc de « permettre une large participation de tous les acteurs politiques » à ce dialogue « entre le gouvernement et les partis politiques légalisés, acteurs politiques de l’intérieur et de la diaspora, société civile et confessions religieuses ».

Le chef de l’Etat s’est aussi engagé  à garantir la liberté et la sécurité à tous les participants au dialogue qui se tiendra du 16 au 21 juillet prochain, en présence  d’observateurs internationaux. Une grande première.

Aussi tardive puisse-t-elle arriver, cette mesure est à saluer dans une Afrique centrale où les dictateurs ne trouvent d’autres solutions que de tuer, emprisonner ou faire fuir les opposants, journalistes, syndicalistes de la société civile qui ne partagent pas leur avis. Denis Sassou Nguesso et Idriss Déby vont-ils enfin comprendre? Paul Biya à qui l’ONU, l’Union Africaine, l’Union Européenne, le Commonwealth demandent de libérer les prisonniers politiques et les anglophones, et convoquer un dialogue national inclusif, a été devancé par Obiang Nguema qui a compris qu’il fallait dialoguer au lieu de créer une guerre civile en Guinée équatoriale. Rien que pour ça, Obiang Nguema  est déjà félicité par les opposants et la communauté internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *