", enable_page_level_ads: true, });

Session plénière de l’INIDH / Des dispositions annoncées pour clarifier la gestion financière antérieure

Après 21 jours de travaux, la session ordinaire de l’assemblée plénière de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INIDH) a fermé portes et fenêtres, ce lundi 25 Juin 2018. La cérémonie de clôture s’est tenue dans la salle du 28 Septembre du Palais du peuple, en présence du ministre conseiller à la présidence de la République, chargé des institutions républicaines, Mohamed Lamine Fofana.

Au terme de cette session, plusieurs résolutions ont été adoptées à la majorité des commissaires présents. Parmi ces résolutions figure l’institutionnalisation d’une « Semaine des droits de l’homme » qui coïncide avec la célébration de la date anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. « Le bureau exécutif est autorisé à prendre les dispositions, pour payer les arriérés de cotisation au réseau des INIDH de l’espace CEDEAO. Une clinique juridique est créée au sein de l’INIDH, le bureau exécutif est chargé de prendre les dispositions pour sa mise en route. Le bureau exécutif est autorisé à meubler le cadre organique. Le bureau exécutif est chargé de rechercher l’appui technique et financier nécessaire pour la mise en route du plan d’action (…) », a expliqué Mme Goumou Fatoumata Morgane, rapporteuse de ladite session.

Selon la même résolution, le bureau exécutif est chargé de prendre les dispositions en vue de clarifier la gestion financière antérieure à son installation ; la « Palme nationale des droits de l’homme » est instituée et sera décernée annuellement ; le bureau exécutif est chargé de prendre les dispositions en vue de l’attribution de la Palme 2017.

Prenant la parole, le président de l’INIDH, Dr Alya Diaby, a d’abord remercié et félicité les commissaires pour l’adoption du premier rapport annuel 2017 de l’institution. Il estime, par ailleurs, que cette adoption enclenchera toute la procédure en vue de l’accréditation de l’INIDH auprès de ses pairs.

Pour finir, Dr Alya Diaby a également invité les commissaires à rester mobilisés pour la cause des droits de l’homme, avant de souligner que l’INIDH doit s’acquitter de 17.500 dollars à l’international pour être crédible.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *