", enable_page_level_ads: true, });

Guinée : Convoqué au tribunal, le Colonel Thiegboro brise le silence…

Colonel Moussa Thiegboro Camara

CONAKRY- Appelé à comparaître dans les prochains jours devant le tribunal de première instance de Dixinn, le Colonel Moussa Thiegboro Camara vient de briser le silence. Accusé d’abus de pouvoir pour avoir fermé une unité industrielle, le Secrétaire d’Etat chargé des services spéciaux, de la lutte contre le grand banditisme, a répliqué aux accusations portées contre lui.

Maitre Mohamed Traoré, bâtonnier de l’ordre national des avocats parle d’abus parce que, selon lui, depuis le 12 avril 2018 ; les locaux de cette entreprise sont fermés à l’initiative personnelle du colonel Moussa Tiègboro Camara.

Interrogé par nos soins, le Colonel Moussa Tiegboro réfute ces allégations et parle plutôt d’histoires montées de toutes pièces par des avocats pour défendre leurs intérêts pécuniaires.

‘’Sincèrement il faut avoir pitié des guinéens qui travaillent dans cette soi-disant entreprise où il se passe des choses anormales. D’abord nous sommes dans l’exécution du droit de nos attributions, nous n’avons pas besoin de nous référer à un avocat pour la fermeture d’une usine qui est en train de tuer des guinéens. Ils n’ont pas dit que ce sont des plus de 150 employés de cette usine qui ont porté plainte (…), l’Etat que je représente ne défend pas l’intérêt d’un individu mais plutôt celui du peuple de Guinée’’, a soutenu le secrétaire général à la présidence chargé des services de la lutte contre la drogue et du crime organisé.

Selon Maitre Mohamed Traoré, bâtonnier de l’ordre national des avocats, si cette société ne répondait à aucune norme, le ministère de l’Industrie n’aurait pas signé un quelconque protocole d’accord. Pour lui, le fait de fermer l’entreprise « cashew holding international » est une manière d’extorquer des fonds au dirigeant de cette compagnie.

Faux, rétorque le colonel Tiegboro qui dénonce pour sa part des conditions difficiles de travail des employés de cette usine.

‘’ Ces avocats qui parlent, il y a des gens qui prennent 65 millions par mois au sein de cette société pendant que les vrais employés qui travaillent de 8h à 22 heures dans des conditions exécrables touchent un million cinq cent mille. Nous avons reçu des instructions car il faut respecter les règles de la procédure en la matière, et aussi les principes. Nous avons un code de travail qui est violé au grand dam des travailleurs’’, a dénoncé l’actuel secrétaire général à la présidence chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et du crime organisé.

source:  Africaguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *